hiiiArray

Oman, ouvre-toi

NizwaA seulement 7 heures de vol direct, le Sultanat d’Oman, qui occupe la partie orientale de la péninsule arabique, est une destination ensoleillée aux multiples facettes …

Ouverte au tourisme depuis quelques années maintenant pour le plus grand plaisir des voyageurs en quête de nature et de grands espaces, cette destination « safe » du Moyen Orient est unique par l’extraordinaire diversité de ses paysages, où la mer, la montagne et le désert se combinent magistralement avec la richesse de son Histoire, puisqu’Oman se trouve au carrefour des routes légendaires de la soie et de l’encens. Son peuple, les bédouins furent certes nomades, pasteurs ou agriculteurs, mais également pêcheurs, commerçants et navigateurs ! Ouverts par nature au monde extérieur, les Omanais ont fait depuis longtemps le choix de la modernité tout en conservant leurs traditions. Ils sauront vous accueillir avec authenticité et chaleur au cœur d’un environnement naturel et architectural préservé.

A peine avez-vous foulé le sol de Mascate que vous êtes emparé par le souffle chaud du désert…Heureusement, il y a toujours une petite brise descendue des montagnes pour vous rafraîchir !

La plus petite capitale du monde est bâtie sur une plaine fertile entourée de rochers escarpés. La « ville-oasis », comme on l’appelle, offre, depuis la mer, un spectacle saisissant, avec ses murailles crénelées, la silhouette bleue et or du palais du Sultan et les montagnes qui l’enserrent, tel un joyau dans son écrin. Ici, nul gratte-ciel, aucune surenchère d’acier ou de béton, mais un paisible moutonnement de constructions basses et claires respectant l’identité culturelle du lieu. Et pour ajouter un peu de magie à  tout cela, profitez d’une soirée à l’Opéra, où arrivé devant ses portes, vous aurez l’impression d’être Ali Baba récitant la formule magique « sésame ouvres-toi »…

(Ne manquez pas de la vivre aussi by night, avec ses éclairages incroyables !).

80 % du territoire omanais est occupé par le désert. Ou plutôt, devrait-on dire, par les déserts, tant il Le désert

Sable, dunes ou pierres, plaines, plateaux et montagnes, les déserts constituent la toile de fond de l’aventure omanaise. A bord de votre 4×4, roulant vers les plages les plus sauvages, les plus beaux villages de montagne ou quelque vieux fort oublié, vous ne vous lasserez pas de ces paysages à la beauté minérale toujours changeante où, au détour d’un virage, surgit le miracle d’un wadi féerique (vallée verdoyante). Bien sûr, il existe, comme partout, des incontournables. Il faut se frotter aux dunes immenses du célèbre Wahiba. A Al Wasil et Al Mintirib, par exemple où vivent une poignée de marchands bédouins. Y passer une nuit en bivouac sous les étoiles est magique. Davantage dans le sud encore, se trouve le plus grand erg du monde, le Roub al-Khali, désert impénétrable et mal connu, seulement abordé sur ses marges par quelques tribus omanaises. Et puis, qui dit désert dit oasis. Oman en est couvert. Elles sont agrémentées souvent de luxuriantes palmeraies. On peut y assister à des courses de chevaux  ou de dromadaires. On croise les bédouins des sables, inséparables de leurs dromadaires et vivant encore pour certains, comme les Wahiba, dans des huttes de branchages. Les Rawashid, artisans très doués, séjournant dans les oasis, leur préfèrent de grandes tentes plus confortables. Les bédouins des montagnes élèvent des moutons et cultivent les palmiers-dattiers, mais ils sont aussi experts dans l’extraction de la résine de boswelia, qui sert de base à l’encens.

La Mer

Mussandam-Dibba-800Le Sultanat de la Mer… C’est ainsi qu’en raison de ses 1700 km de côtes, on surnomme souvent Oman. Séjours balnéaires dans la plus pure tradition sur les plages du nord de Mascate, entre Shinas et Barka où grands et beaux hôtels, plages privées, pêche au gros et activités nautiques en tout genre attendent le voyageur. A moins que l’on ne préfère les criques délicates de Bandar al Khayran. Les amoureux de nature pourront camper sur les immenses plages sauvages de Seifa ou bivouaquer à Ras Al Jinz, premier point de lever du soleil dans le Moyen-Orient, en attendant l’heure de la ponte des tortues de mer géantes. Plus au sud, le spectacle des dunes du célèbre désert Wahiba se jetant dans la mer sera pour beaucoup une révélation. D’autres préféreront les paysages rares de mangroves et lagunes aux eaux cristallines idéales pour le snorkeling de Bandar Khayran, à 25 km de Mascate. Ou encore les longues plages de sable blanc de la région de Salalah, dans le Dhofar d’où l’on peut s’embarquer pour l’exploration d’îlots sauvages. Mais, pour l’immense majorité la rencontre avec l’Océan Indien culminera à l’extrême nord du pays, au Musandam, enclave territoriale comprenant le célèbre détroit d’Ormuz ouverte aux visiteurs depuis quelques années seulement. Là, les hautes montagnes plongent d’un coup dans la mer en formant des fjords somptueux recélant d’incroyables criques. L’un des fjords les plus spectaculaires est celui de Khor al Sham que l’on remonte au départ de Khasab, mais il en existe des dizaines d’autres dont la découverte se double de celle des minuscules villages de pêcheurs et de petites plages de sable aux eaux cristallines extrêmement poissonneuses. Un masque, un tuba et c’est un kaléidoscope de formes et couleurs. Car plonger dans les eaux d’Oman est un pur bonheur. Son récif corallien, ses épaves et la richesse de sa faune sous-marine attirent de plus en plus de plongeurs avertis qui en ont fait leur spot préféré au Moyen- Orient. Et pour ceux qui recherchent des rencontres sous-marines plus impressionnantes, les îles de Daymanyiat, au nord, que fréquentent raies aigles ou mantas, platax et autres barracudas, sont un véritable paradis sous-marin.

La montagne

Wadi-ShabLa montagne est intimement présente dans l’histoire et la géographie du sultanat, offrant à ce pays, des paysages d’une grande beauté. L’imposante chaîne des monts Hajar, sépare Oman en deux : à l’Est, la plaine côtière, à l’Ouest : les hauts plateaux intérieurs. Au cœur du Djebel Akhdar, le Djebel Shams culmine à 3010 mètres d’altitude. D’ici, on peut admirer le premier point de lever du soleil du Moyen-Orient. Découvrir Oman, c’est alors mettre le cap sur Nizwa, l’ancienne capitale du pays en traversant les authentiques villages d’altitude, les cultures en terrasses de roses, d’arbres fruitiers et de vigne. C’est aussi croiser “ la route des oasis de montagne ”, qui offre l’accès aux plus beaux wadi du pays, ces gorges verdoyantes qui s’offrent au voyageur comme une vision de matin du monde : roches rouges, bouquets de palmes et d’oiseaux qui s’envolent, piscines naturelles d’émeraude idéales pour la baignade. La liste des wadis est longue, tous portent un nom.. Le point d’orgue de cette scénographie naturelle, c’est le mariage de la mer et de la montagne au Musandam, là où le Jabal Hajar précipite ses colossales avancées.

Pourquoi aller à Oman ? Parce que c’est une destination authentique comme on les aime. Désert ? Mer ? Montagne ? Culture ou Histoire ? Chacun trouvera ici son bonheur. La sécurité est totale et l’hospitalité spontanée. L’idéal est d’y aller entre octobre et avril afin d’éviter les grosses chaleurs de l’été.

Chloé Granger Riolle