hiiiArray

République Dominicaine

aerial-view-of-samana-bay-bridgeBenvenidos ! Considérée, à tort, comme une destination « tourisme de masse », la République Dominicaine, souvent appelée Saint Domingue du nom de sa capitale, recèle de multiples trésors… Le meilleur moyen de les découvrir est de parcourir l’île en voiture, en faisant des haltes « rando » dans des endroits encore préservés. Réservez vos nuits dans de petits hôtels de charme, vous jouirez ainsi des nombreux attraits de la vie locale !
L’aînée des anciennes colonies européennes des Caraïbes abrite des centaines de kilomètres de plages paradisiaques bordées de cocotiers, de magnifiques cascades, de montagnes à la végétation luxuriante, des rizières au vert éclatant…Côté architecture, les charmantes petites maisons de pêcheurs aux couleurs vives côtoient des hôtels somptueux, construits dans la pire tradition victorienne. La Rep Dom sait enchanter les visiteurs en devenant la première destination touristique des Caraïbes !

Jarabacoa, une grande bouffée d’aventures :
Du vert, du vert, rien que du vert ! Située au centre du pays, à 500 mètres d’altitude, Jarabacoa est LE lieu de villégiature des riches Dominicains, qui y font construire leur maison de campagne. Point de départ de nombreuses activités sportives, elle vous offre un paysage tout en courbes, parsemé de rivières et de chutes d’eau où la fraîcheur est reine…Vous pouvez facilement y rester une semaine sans vous ennuyer ! Question randonnée, l’ascension du Pico Duarte (3087 mètres d’altitude) fera le bonheur des adeptes de la grimpette : trois jours de marche (aller-retour) sont nécessaires, et la présence d’un guide est indispensable et obligatoire. Le départ se fait tôt le matin depuis La Cienega, à 30 km de Jarabacoa. En gagnant de l’altitude, les pins remplacent peu à peu les palmiers et les cultures de chayottes. Nous vous conseillons une halte au refuge, à 1500 m d’altitude au milieu des pinos negros, typiques de cette zone des Caraïbes. Une marche, qui arrivé au sommet, vous fera jouir d’une inoubliable vue sur toute l’île. Comme point de chute de votre séjour à Jarabacoa, choisissez un hôtel authentique qui propose de nombreuses activités de plein air. Vous aurez ainsi le privilège de passer la nuit en entendant les bruits de la nature, si proche…Vous serez d’ailleurs réveillé dès 5 heures du matin par un véritable concert de volatiles en tous genres, ce qui vous permettra de ne rien perdre des merveilles de cette île ! L’ambiance friendly qui règne ici en fait le repère avisé des plus sportifs : rafting, canyoning, randonnées à cheval et pédestres, VTT, parapente et ascension du Pico Duarte, il y en aura pour tous les goûts…


La péninsule de Samana :

Victorian buildings in Puerto Plata,Un sanctuaire pour les amoureux de la nature : elle s’étend sur une soixantaine de kilomètres au nord-est de l’île, la péninsule offre une accumulation de paysages idylliques…La mer turquoise y côtoie la montagne (point culminant, La Meseta, à 605 mètres d’altitude) et une forêt tropicale luxuriante. La richesse et la beauté des paysages n’ont pas échappés aux nombreux français qui se sont installés sur cette côte, en particulier à Las Terrenas ! Les baleines à bosses viennent se reproduire par centaines dans la baie de Samana entre janvier et mars. Kim Bedrall, scientifique passionnée des cétacés, vous emmènera les observer. Côté excursions, ne manquez pas la réserve de Los Haïtises (départ de Sanchez), souvent comparée à la Baie d’Along pour ses rochers couverts d’une végétation foisonnante qui se reflètent dans une eau émeraude. Cèdres, acajous, grottes aussi hautes que des cathédrales constituent le décor du parc national. La laguna Gri-Gri (à Rio San Juan), point de départ d’une balade en bateau dans la mangrove – où les amateurs d’oiseaux ne seront pas en reste (hérons, aigrettes…) – l’impressionnante cascade d’El Limon, les plages de Moron et d’El Rincon -véritables havres de paix – sont autant de trésors dont vous devez profiter !
La cascade de Jade d’el Limon : elle se situe à 14 km de Las Terrenas. S’il fait beau, allez-y tôt, il y aura moins de monde. Le trek dure environ 3 heures. Vous serez accompagné d’un guide local, vous pouvez déjeuner sur place. Prenez de bonnes chaussures car le terrain peut s’avérer glissant et boueux quand il pleut. Après la traversée fortuite d’une rivière à l’eau cristalline, vous emprunterez un petit sentier escarpé. Une première halte s’impose au sommet de la colline pour admirer la vue panoramique. Vous redescendrez ensuite en direction d’une première cascade, haute de 10 mètres. Derrière apparaît, comme par magie, une seconde cascade impressionnante de 50 mètres. Faites un plongeon dans son eau fraiche et revigorante : il n’y a pas de danger. Juste en face un petit bar vous accueillera pour une Presidente, la bière locale ! Un autre jour, si vous aimez marcher, prévoyez une balade des plages le long des palmiers. De la playa Bonita, un long ruban de sable fin s’étire sur des kilomètres de long… Prenez la direction de la playa Coson sur votre gauche (quand vous regardez la mer). Plus de 6 km de piste en bord de mer vous attendent. Après ces quelques kilomètres de marche sous les cocotiers, vous arriverez à l’embouchure du rio Coson où vous serez heureux de prendre un rafraîchissement. Un peu plus loin, vous traverserez un paisible rio se jetant dans la mer. Si vous repartez vers 17 heures, vous pourrez profiter pleinement du coucher du soleil inondant de ses derniers rayons éclatants les pentes des « mornes », ces petites montagnes dispersées dans le lointain…

Décalage horaire : -6h depuis la France.
Climat tropical. Températures moyennes : de 30 ° le jour et de 25° la nuit. Nuits fraîches en montagne.
Saison des pluies de mai à juin et d’octobre à novembre. Quelques averses tropicales peuvent avoir lieu les autres mois. Evitez septembre et novembre. La température de l’eau varie de 26° à 29 °.
Pas de visas pour les ressortissants français pour un séjour touristique de moins de 90jours, pas de vaccins obligatoires saufs « universels », spécifiques voyage : Typhoïde – Hépatite A.
Protection contre le paludisme rural et saisonnier à l’ouest du pays, zones frontalières agricoles peu touristiques. Protection moustiques indispensable pour ce type de séjour.

Chloé Granger Riolle